... CONGREGATION BOUDDHISTE VAJRAYANA "KAGYU RINTCHEN TCHEU LING" > Kagyu Rintchen Tcheu Ling - Kagyu Yi-Ong Tcheu Ling

 

 

 

 

> Quel est le sens de la prise de refuge ?

« Il est dit que celui qui prend refuge ne renaîtra plus dans les mondes inférieurs, qu’il ne s’engagera plus sur de fausses voies spirituelles, qu’il sera finalement libéré de l’ego, racine de toute souffrance. »

Bokar Rimpotché

   

En prenant refuge, on se place sous la protection des Trois Joyaux : le Bouddha, le Dharma, la Sangha, pour soi-même, mais aussi pour tous les êtres, cela, dans le but de mieux suivre le chemin qui mène à la suppression de toute souffrance, c’est-à-dire, l’Éveil.Tous les rituels débutent par une prise de refuge qui peut être précédée de prières préliminaires1. La Prise de Refuge est aussi la cérémonie2  [qui n’a cependant rien d’obligatoire et qui n’implique pas forcément le rejet de la confiance que l’on peut avoir en d’autres traditions] par laquelle, par l’intermédiaire du lama, toute personne peut confirmer son engagement spirituel, sa motivation à se laisser guider dans sa recherche personnelle par le dharma, car celui-ci va montrer la voie du bonheur : celui d’une progression intérieure tendant à développer le potentiel d’amour et de compassion dont tout être sensible dispose.  

 

> La recherche d'un remède


Le monde moderne avec ses progrès ne nous met pas à l’abri des différents types de souffrances. Tous les êtres aspirent fondamentalement au bonheur. Pour y accéder, les hommes notamment ont la possibilité de trouver le remède qui va permettre la cessation des diverses souffrances, en profondeur. Il faut donc regarder en nous, car, le bonheur n’est pas une chose que l’on trouve à l’extérieur de même que nos souffrances n’émanent que d’une seule et  même source : notre esprit.  

 

> Se tourner vers l'esprit


Le bonheur ne se fabrique donc pas. C’est une chose que nous portons en nous fondamentalement. Le Bouddha a donné les méthodes pour y accéder. Comprendre notre esprit, apaiser les conflits intérieurs et les passions, voilà ce que favorise la méditation. C’est cette pacification qui conduit à un bonheur authentique et durable parce que notre esprit est pur, libre et heureux dans sa nature originelle. Se tourner vers l’esprit permet d’aider à écarter les diverses émotions conflictuelles qui sont à l’origine de nos souffrances (le désir, l’attachement, la possessivité, l’aversion, la haine, la jalousie, l’aveuglement…) . En agissant sur leur « racine », l’ ego, on peut progressivement débarrasser l’esprit de ces voiles qui l’obscurcissent et accéder à sa nature pure.

> Les Troix joyaux, les Trois Racines


Que sont les Trois joyaux ? Le Bouddha, le Dharma (ses enseignements), la Sangha (la communauté, ceux qui pratiquent et transmettent le dharma aux autres).

Les Troix Racines ? Dans le vajrayana, trois autres lieux de refuge s’ajoutent aux Trois Joyaux : les lamas, les yidams et les protecteurs.  Le lama montre le chemins, donne des instructions , les yidams représentent des divinités — supports de méditation (tels que Tchènrézi, Tara Verte, Sangyé Mènla…) — les protecteurs sont des divinités (Mahakala par exemple) qui permettent d’ écarter les obstacles divers que l’on peut rencontrer dans la pratique du dharma et de réunir des circonstances favorables.

 

 

> Déroulement de la cérémonie


Elle comporte les explications du lama quant aux Trois Joyaux et à la fonction de la prise du refuge. On répète la formule de refuge, le lama nous coupe une mèche de cheveux (signe de notre consécration au dharma, elle symbolise le renoncement à notre état « ordinaire » et le franchissement de la porte de la voie du Bouddha), on reçoit un nom du dharma (il se réfère à une ou plusieurs qualités de l’éveil et qui peut éventuellement avoir un rapport avec une des ces qualités que nous devons développer en nous), on reçoit un cordon de protection bénit par des grands Maîtres (il représente la grâce du Bouddha qui désormais nous accompagne).

 

> Les préceptes


La prise de refuge est accompagnée de préceptes qui nous aident à progresser sur la voie du Bouddha. On peut ainsi :

- Éviter : toute activité nuisible pour les êtres, la fréquentation des « mauvais amis » qui critiquent vivement le dharma, ont une conduite négative, ceux qui risqueraient de faire vaciller notre confiance dans le dharma et nous entraîner à commettre des actes nuisibles.

- Adopter : respect pour les représentations du Bouddha, les textes sacrés (qu’il convient de ranger en hauteur et de ne pas poser directement sur le sol), respect pour les membres de la sangha, ceux qui sont entrés sur la voie du Bouddha et tous ceux qui sont les détenteurs des enseignements.

- S’efforcer de : réciter chaque jour avec confiance et sincérité la prière du refuge, faire offrande (réelle ou mentale) de choses belles aux Trois Joyaux, penser qu’on n’ abandonnera jamais les Trois Joyaux.

D’après : Bokar RIMPOTCHE, Prendre Refuge (l’entrée dans le bouddhisme), Claire Lumière, 1998.


1—Pour les pratiques en commun, il est préférable en cas de retard, d’éviter de rentrer dans le temple une fois la prise de refuge faite. 2—Certains rituels particuliers ou stages requièrent d’avoir pris refuge préalablement. Se renseigner.