CONGREGATION BOUDDHISTE VAJRAYANA "KAGYU RINTCHEN TCHEU LING" > Kagyu Rintchen Tcheu Ling - Kagyu Yi-Ong Tcheu Ling

 

 

 

 

> Lama Sonam Tshering - Supérieur et Directeur spirituel de la Congrégation

 

Lama Seunam Tsering est né en Inde en 1966, dans la province de Darjeeling. Dès l’âge de trois ans, il est accepté au monastère de Sonada par Son Éminence Kalou Rimpotché. Sous sa protection, Lama Seunam prend ses vœux de novice à huit ans ; il gardera ceux de moine pleinement ordonné pendant plus de vingt ans. Il accomplit sous la direction de son maître la traditionnelle retraite de trois ans qui conclue son cycle d’étude puis réside ensuite au monastère en remplissant la fonction d’oumzé, c’est-à-dire, maître des rituels. Outre cette spécialité dans laquelle il fait autorité, ses qualités lui ont valu d’être désigné par Kalou Rimpotché peu de temps avant son décès afin de prendre la direction spirituelle du centre tibétain de Montpellier. Ainsi, depuis novembre 1989, Lama Seunam transmet les instructions fondamentales de la tradition Kagyupa et poursuit avec tout son cœur et son énergie l’œuvre de son maître, tant à Montpellier, qu' au centre de Lille-La-Madeleine dont Bokar Rimpotché lui a également confié la responsabilité.

> Lama Dawa

Lama Dawa est né en 1959, à Sonada. A seize ans, il quitte l’école pour rejoindre la vie monastique. Il prend les vœux d’ordination mineure, étudie les textes et écriture sacrées et participe aux tâches de la communauté. En 1983, il reçoit de S.E. Kalou Rimpotché la transmission du Rintchen Terzen puis accompagne son maître en pèlerinage en Inde et au Népal. L’année suivante, il reçoit l’ordination majeure et entreprend la retraite de trois ans. A son issue, il est nommé responsable principal de temple. Il occupe cette fonction durant quatre ans l’interrompt pour répondre à la requête de Lama Gyaltsen : partir en France pour y enseigner le dharma. Depuis 1991, Lama Dawa partage son temps au service de divers centres, entre pratiques, rituels et enseignements.

> Lama Namdak

Lama Namdak est né au Bouthan en 1967.Il étudie dans un monastère les textes et écritures sacrées de 1971 à 1977. Un an plus tard, il entre au monstère de S.E. Kalou Rimpotché pour y devenir moine. En 1983, comme de nombreux lamas, il reçoit de Son Éminence la transmission de Rintchen Terzen, et conclue également celle-ci par un pèlerinage sur les lieux saints, aux côtés de son maître. Il reçoit à Bodhgaya les initiations des écoles Shangpa Kagyu et Kamtsang Kagyu, et conclue en 1991 sa retraite de trois ans. Il arrive en France en 1992, à l’initiative de Lama Gyaltsen et œuvre dans divers centres, avant de fonder, en 1998, Kagyu Namdak Tcheu Ling dans l’Oise.


Quel est le rôle du lama ?

"Aucun sutra, tantra ou sastra, ne mentionne l'histoire d'un être qui aurait atteint la bouddhéité sans dépendre d'un maître. On peut également constater par soi-même que personne n'a jamais fait naître en lui, à sa manière et par ses propres efforts, les qualités propres aux degrès et aux chemins." Patrul Rimpotché [Le chemin de la grande perfection]

"D'une façon générale, nous avons besoin de quelqu'un qui puisse nous guider sur la voie, nous enseignant, nous dirigeant, nous aidant, nous indiquant les écueils et le cheminement juste. (...) Le lama est le porte-parole et l'expression de l'enseignement et de la réalisation, il nous transmet ce qui est utile à notre esprit, et grâce à lui nous pouvons recevoir l'influence spirituelle de tous les bouddhas. (...) Il est le canal, le transmetteur, celui au travers duquel ces pouvoirs et réalisation peuvent se transmettre, nous parvenir, et nous aider au niveau le plus profond. Il est l'héritier de la lignée et détient l'influence spirituelle de ses pratiques, il accorde les habilitations-initiations qui font mûrir notre karma et les divers courants de notre conscience, ainsi que les transmissions des écrits et les instructions orales s'y rapportant (...) L' essentiel est, par la relation établie avec le lama, de bien comprendre le sens de l'enseignement et de l'appliquer vraiment. Il ne faut pas s'inquiéter des doutes et des hésitations que nous pouvons avoir : notre esprit étant dans la confusion, nous avons nécessairement des doutes concernant ce qui est vrai, faux, réel, irréel, juste, erroné, etc. Par contre, il est important que nous acceptions nos doutes et nos hésitations et que nous travaillions avec eux dans la relation au lama, les lui exprimant honnêtement et cherchant, dans ses réponses, le moyen de les clarifier, de les dissiper. C'est par une relation juste au lama que nous nous ouvrons progressivement à une attitude de dévotion authentique, c'est-à-dire de confiance et d'aspiration permettant la transmission de l'influence spirituelle qui conduit à la réalisation. (...) Kalou Rimpotché [La voie du Bouddha, "Inédits sagesse", Seuil, 1993].]